Le Cosplay avant et après être devenu un art

Share Button

My hero academia saison 3 en animé vient de se terminer et me voilà à la recherche d’une figurine Izuku Midoriya. Je découvre une boutique spécialisée MHA avec des perruques et autres accessoires pour Cosplay… et là je me dis : le cosplay, extension capitaliste ou activité artistique ?

Définition du cosplay

Le cosplay est l’association des mots anglais “costume” et “play”. La formule commune d’aujourd’hui est assez faible et se limite à ceci :

“la pratique de s’habiller en tant que personnage d’un film, d’un livre ou d’un jeu vidéo, en particulier des genres japonais de manga ou d’anime.”

Nous compléterons la définition de celle-ci en deuxième partie de l’article et verrons plus en détail la notion artistique et créatrice qu’elle mérite.

Ce que je pensais des cosplayeurs et cosplayeuses

Après la démocratisation des premiers animés en France fin des années 80 et début des années 90 par l’émission culte : Club Dorothée, c’est dans les années 2000 que j’aperçu le premier engouement “physique” pour cette branche de la culture japonaise.

Je commençais tout juste ma collection de manga avec notamment Dragon Ball Z, les chevaliers du Zodiac, Detective Conan, Yu Gi Ho, Shaman King et déjà Naruto.

Ainsi, le support papier des mangas n’était pas le seul aspect “physiquement visible”, on apercevait également des bribes de costumes lors des premières convention en France.

A l’époque, j’étais étudiant parisien en science économique et l’étude de Marx face à ces neo-cosplayeurs me faisait dire d’un air hautain “pff… consommateur…” (comme si je ne l’étais pas moi même et comme si l’idéal de l’homme d’aujourd’hui était de vivre dans une grotte).

Le culte de la marchandise

Je mets sur le même plan la recherche de figurine hero academia et les cosplay Izuku dans la vision “fétichiste” de Marx.

En effet, c’est qu’en regardant ma figurine articulée Izuku que je fais défiler dans ma tête les images des combats extraordinaires contre Tenko Shimura et ses vilains ou contre Overhaul. Cette figurine est le reflet du courage et de la bravoure de mon super héro préféré dans lequel j’ose m’identifier. C’est avec l’achat de figurine et ma réflexion sur la projection que je pense à mes années parisiennes.

Par ailleurs si une figurine Mirio Togata existait, je l’aurais acheté ! Le million est vraiment ouf ^^

Fétichisme de la marchandise

Dans le Capital de Marx, la marchandise c’est le temps de travail humain qu’elle contient. Le caractère fétichiste d’une marchandise réside aussi dans son étrange capacité à faire exister un rapport social en dehors de nous, non plus entre des humains, mais entre des objets.

Comme toute marchandise, la figurine ou le costume ont un caractère fétiche.  Celui qui nous intéresse le plus est sa fonction de contenant. La figurine MHA ou le cosplay représente un personnage que le gamer a incarné dans un jeu (je rappelle la sortie de My Hero Academia One’s Justice)

Le cosplay, c’est rigoureux

Dès lors, un grande partie du cosplay réside dans l’interprétation. J’accorderai donc un point positif au moi d’il y a une dizaine d’années qui prenait de haut les premiers passionnés de convention avec la remarque suivante :

Beaucoup de cosplayer (surtout à l’époque) ne faisaient que des créations cheap, faute d’expertise. Dès lors, ce qui se présentait sous nos yeux n’était pas un personnage sorti de son manga ou de l’écran, mais bien un homme, généralement grassouillet, mais suffisamment courageux pour afficher sa passion en public. Lorsque les détails du costume ne sont pas assez travaillés, la personne qui endosse le cosplay devient plus visible que le personnage qu’il veut incarner. Ainsi il ne reste que le triste spectacle d’un regard passionné et stressé derrière un déguisement de mauvaise facture.

Le cosplay c’est pour les warrior

C’est un des dangers auquel le cosplayer doit faire face. C’est un trait de caractère à mettre à son crédit : le courage et la détermination. Eviter l’humiliation pour n’atteindre que la perfection, tel est son credo.

Qu’est ce que le cosplay aujourd’hui ?

Être un Cosplayer représente bien plus que ce que l’on perçoit. Voici le témoignage de certains cosplayer :

 «Le cosplay est plus que de prétendre être votre personnage préféré. On ressent un fort sentiment d’appartenance à une communauté qui ne juge pas et qui ACCEPTE, ce qui est formidable et qu’il est très nécessaire dans la société d’aujourd’hui. “- @nonlikeanthonygabb

« J’ai toujours été fan de la culture pop. Quand j’ai joué pour la première fois au cosplay, j’ai instantanément contacté les personnes que je rencontrais en partageant un intérêt commun, notamment le cinéma, la télévision et la lutte professionnelle. Le cosplay m’a vraiment ouvert des portes pour ma carrière d’acteur et de comédien. Depuis, je me suis également associé à des membres de la communauté Cosplay intéressés à mener une vie saine et en bonne forme. Nous nous réunissons régulièrement pour des séances d’entraînement physique Cosplay à Docklands Melbourne. »

Le cosplayeur est un acteur

D’abord, il est vrai que le travail d’interprétation d’un cosplayeur est digne d’un interprète. La méthode de travail des certains cosplayer reprend les mêmes que de grandes écoles d’acting comme la méthode Stanislavski. Par exemple, l’une des règles de Stanislavski est de pouvoir interpréter son personnage sur chacune des secondes de son jeu d’acteur. Pour cela il est important de jouer séquence par séquence.

Ensuite, une autre règle pour devenir un bon acteur : ne pas jouer pour la gloire. Effectivement les cosplayer cherche la reconnaissance, mais c’est pour le travail qu’ils ont achevé, ce n’est pas être invité au festival de Canne ou manger des petits fours gratos. Non. Et vous pensez sincèrement que les personnes qui passent des centaines d’heures à peaufiner leur costume sans gagner un seul centime ne le font pas par pure passion et par pur amour pour le jeu d’acteur de leur personnage favori ?

Oui le cosplay est un art et chaque convention est une scène de théâtre ou un plateau de tournage comme un autre. Le propre de l’artiste est de pouvoir exprimer son art dans n’importe quelle situation.

La même rigueur que pour Leonardo di Caprio

C’est une vie remplie de nuits courtes. Vous devez vous assurer que le cosplay est parfait. La nuit précédant une convention peut être excitante et angoissante. Lors des conventions, les cosplayers sont en compétition et peuvent avoir leur création critiquée par des professionnels du secteur.

Les cosplayeurs vont relire le même comic pour s’assurer qu’ils ont bien raconté leur histoire ! Ils veulent être aussi précis que possible. Cela signifie une recherche infinie de contenu numérique, de sites de fans et de forums pour trouver la plus petite pièce de puzzle qui construira le personnage.

« Les innombrables fois où j’ai vu le même film pour des références de scènes… .veuillez noter que cela n’a jamais été contre ma volonté, car j’ai volontiers vu les mêmes films plus d’une fois. »

Les cosplayers ont besoin de socialiser, dans le sens : c’est de la relation presse !

Les cosplayers doivent également se faire connaître sur les médias sociaux, en produisant et en publiant du contenu. C’est presque comme s’ils devaient devenir eux-mêmes un éditeur de médias, et plus le contenu est bon, plus les communautés se développent rapidement.

Pour beaucoup, le cosplay est une passion, mais cette passion grandit aussi, parfois dans une petite entreprise. Vous pouvez être invité à participer à des sessions de tournage avec des cosplayers professionnels, des photographes et être tenu de produire un contenu intéressant pour les autres peuples et les pages de réseaux sociaux de marques.

Le cosplay est désormais une option de carrière valable pour gagner un peu d’argent et permettre aux vrais professionnels de gagner leur vie.

Conclusion sur ma vision du cosplay

Lorsque l’on se voit médisant ou mauvais de manière générale, il est bon de se remettre en question pour avoir la chance comme moi de découvrir un monde fascinant. Arrêtons de dissocier l’art de l’argent sous prétexte qu’il y a des abus. Si on kiff des blockbuster c’est bien parce qu’il y a des centaines de millions de dollar pour assurer le travaille de graphiques, acteurs, réalisateurs et monteurs. Ainsi, pour rassurer les marxistes, un cosplayer reconnu c’est finalement un consommateur qui est devenue producteur et acteur de sa propre marchandise.

 

 

 

Share Button