La spiritualité au Japon

spiritualité japonaise
Share Button

 

Après avoir abordé des thèmes aussi amusant que la mode de la licorne,  les manga et autres, nous allons aborder un sujet bien plus profond : la spiritualité au Japon.

La spiritualité au Japon est un sujet complexe à aborder. Plusieurs courants se mélangent au pays du Soleil Levant, et il est courant qu’un japonais soit baptisé dans un temple shintoïste, se marie dans une église chrétienne et reçoive des funérailles dans un temple bouddhiste. Les japonais n’ont pas une religion en particulier mais ils ont une vie très spirituelle. Preuve en est qu’on peut souvent les voir arborer un porte bonheur ou participer à des événements religieux. La spiritualité au Japon est unique.

Purifier sa maison, est ce spirituel ?

Nous allons parler ici de cultes, mais j’aimerai étendre la question de la spiritualité à ce que nous, occidentaux, et les japonais, pouvons faire au quotidien comme par exemple : purifier sa maison.

Je pense que lorsqu’il ne s’agit pas de matérialisme, c’est à dire, d’accorder de l’importance à la matière, mais bien d’idéalisme, c’est à dire de ce qui se rapproche de l’invisible pour l’oeil, alors on peut parler de spiritualité.

Qu’en pensez vous ?

Ainsi, le tirage de cartes du tarot de Marseille ou bien des théories quantiques scientifique sur la physique quantique où une part d’interprétation rentre en compte peuvent englober la notion de “spiritualité”.

Maintenant qu’une définit partielle de la spiritualité a été donnée, revenons maintenant au Japon et à ses cultes 🙂

Les principaux cultes au Japon

 

Afin de partir toujours plus en profondeurs dans les différents symboles du Japon, voyons le shintoïsme et le bouddhisme qui sont les deux principales croyances du Japon. Le shinto est aussi vieux que la société japonaise, tandis que le bouddhisme a été importé du continent au sixième siècle. Depuis lors, les deux confessions coexistent assez harmonieusement et se complètent même jusqu’à un certain point. Beaucoup de Japonais se considèrent comme bouddhistes, shintoïstes ou les deux.

 

Le shintoïsme au Japon

 

Le shinto (“la voie des dieux”) est la foi aborigène du peuple japonais, aussi ancienne que le Japon lui-même. Elle continue d’être la principale foi du Japon avec le bouddhisme.

 

Le shintoïsme n’a pas d’écritures spirituelles comme les sutras ou la Sainte Bible.

Les “dieux shintoïstes” sont appelés kami. Ce sont des esprits sacrés qui prennent la forme des choses et idées cruciales pour la vie, comme le vent, la pluie, les montagnes, les arbres, les rivières et la fertilité. Les êtres humains deviennent kami après leur mort et sont vénérés par les membres de leur famille comme des kamis ancestraux. La déesse du soleil Amaterasu est considérée comme le kami crucial du shintoïsme et certaines montagnes proéminentes sont vénérées comme kami.

 

Contrairement à plusieurs religions monothéistes, il n’y a pas d’absolu dans le shintoïsme. Il n’y a pas de bien et de mal, et personne n’est le meilleur. Le shintoïsme est une confiance pleine d’espoir, car on croit que les êtres humains sont essentiellement bons et que le mal est déclenché par les mauvais esprits. Par conséquent, l’objectif de nombreux rituels shintoïstes est d’éloigner les mauvais esprits.

 

Les sanctuaires shintoïstes sont les temples et les maisons des kamis. De nombreux sanctuaires célèbrent régulièrement des événements (matsuri) afin de montrer le kami à l’extérieur.

Les hommes et les femmes peuvent devenir prêtres, et ils peuvent se marier et avoir des enfants. Les prêtres sont aidés par des femmes plus jeunes (miko) pour les routines et les tâches du temple. Les miko utilisent des kimonos blancs, doivent être célibataires et sont généralement les filles des prêtres.

 

Les fonctions essentielles de l’art shintoïste sont la conception des temples, l’agriculture et la préservation des arts anciens tels que le théâtre Nô, la calligraphie et les chants (gagaku), une musique dansante issue de la Chine Tang (618-907).

Le bouddhisme, deuxième courant du Japon

 

Le bouddhisme est né en Inde au VIe siècle avant J.-C. Il est constitué des enseignements du Bouddha, Gautama Siddhartha. Parmi les principales branches du bouddhisme, c’est le Mahayana qui a trouvé son chemin vers le Japon.

 

Le bouddhisme a été importé au Japon par la Chine et la Corée. Bien que le bouddhisme soit considéré par les nobles comme la nouvelle religion d’État du Japon, il ne s’est pas répandu directement parmi les gens du peuple en raison de sa complexité. Il y a eu quelques premiers conflits avec le Shinto, la religion indigène du Japon, mais les deux croyances religieuses ont rapidement pu coexister et se compléter.

 

 

Aujourd’hui, 90 millions d’individus se considèrent comme bouddhistes au Japon. Cependant, la foi n’influence pas directement la vie quotidienne du Japonais moyen. Les funérailles sont généralement célébrées selon une méthode bouddhiste, et de nombreuses familles entretiennent un petit autel de maison afin de rendre hommage à leurs ancêtres.

 

 

Le Confucianisme au Japon

 

Confucius était un penseur chinois qui a vécu en Chine de 551 à 479 av. J.C. Ses enseignements, appelés Confucianisme (儒教, Jukyō), ont eu un profond impact non seulement sur la Chine mais aussi sur de nombreux pays voisins, dont le Japon.

 

Le confucianisme fait partie des trois religions standard de la Chine, outre le taoïsme et le bouddhisme. Selon les premiers écrits japonais, il a été présenté au Japon par l’intermédiaire de la Corée en l’an 285. Plusieurs des principes les plus importants du confucianisme sont l’humanité, la loyauté, les principes et aussi les facteurs à considérer sur un individu ainsi que le degré politique.

 

Pendant la période Edo (1603-1867), le néoconfucianisme (en particulier le confucianisme Chu Hsi) était l’idéologie la plus vitale du gouvernement fédéral Tokugawa, ainsi que l’éducation et l’apprentissage. Il a eu un effet commun sur la société japonaise à l’époque, et ses répercussions se font encore sentir aujourd’hui.

paysage japonais

Le Christianisme, apporté au Japon par les européens

 

Les premiers Européens à arriver au Japon venaient du Portugal, en 1542, amenant avec eux la poudre à canon et le christianisme. Certains seigneurs ont accueilli ces nouveaux visiteurs pour les armes qu’ils ont apportées avec eux et ont toléré les missionnaires qui se sont rassemblés dans le cadre de ce voyage.

 

Les européens ont finalement réussi à convertir un nombre important d’individus dans l’ouest du Japon. Le christianisme pouvait être pratiqué librement à l’époque.

 

Néanmoins en 1587, dans une période de conquête européenne et aussi de colonisation, notamment aux Philippines près du Japon, Toyotomi Hideyoshi publia un édit interdisant les missionnaires européens en raison de leurs croyances religieuses et de leur intolérance envers le Shinto et le Bouddhisme.

 

Dans l’intention de contrôler totalement le Japon, le shogunat Tokugawa, a durci la position anti-chrétienne du pays. Après une rébellion dans la péninsule de Shimabara, qui comprenait de nombreux chrétiens à la fin des années 1630, des milliers de rebelles ont été arrêtés et l’interdiction totale du christianisme a été déclarée. Seules de petites poches de chrétiens, appelées les “chrétiens cachés”, ont continué à exercer leur foi en secret

 

Avec la loi  Meiji, la liberté civile a été promulguée et le nombre de chrétiens japonais a augmenté. Aujourd’hui, entre un et deux millions de Japonais sont chrétiens (environ un pour cent de la population japonaise), et on peut également trouver des églises dans tout le pays.

 

Les cérémonies de mariage chrétiennes, où les mariées portent des robes blanches et où le couple échange ses promesses dans des chapelles, sont une des coutumes chrétiennes qui ont fini par être préférées par la population non chrétienne du Japon moderne.

 

 

 

Bien que le Japon n’ait pas de religion à proprement parlé, on peut sans aucune hésitation affirmer que les japonais accordent une très grande importante à la spiritualité, même si celle-ci provient de différents courants. Les différents cultes présent au Japon peut donc évoluer en harmonie.

 

Share Button

Laisser un commentaire